26 oct 2016

Votre idée de vérité dans le monde économique n’est-elle pas angélique ?

« Votre idée de vérité dans le monde économique n’est-elle pas angélique ? » Voilà une question qui vient de nouveau de m’être posée et qui m’incite à publier ce post.

Il n’y a pas lieu d’opposer cette approche basée sur la vérité et le réalisme économique. Au contraire ! Dois-je évoquer les fiascos économiques résultant d’un manque de vérité ? Tout récemment le cas de Volkswagen, d’Areva, etc. Nous pourrions facilement ensemble faire une liste très consistante et évoquer les conséquences souvent très graves d’un manque de vérité.

Il m’apparait même que dans ces grandes sociétés, les brillantes têtes pensantes, en refusant d’entendre la vérité, font preuve d’une immaturité qui est à l’opposé de l’efficacité économique.

Une petite manipulation, un petit mensonge peuvent donner à un dirigeant ou à un manager l’impression de se sortir momentanément d’un mauvais pas. Mais quels seront les préjudices ensuite ? Quel sera le prix à payer ? Comment créer une relation confiante avec des équipes qui savent que leur dirigeant manipule ?

À vous et aux dirigeants ou managers qui pourraient m’entendre, puisque vous connaissez le monde de l’entreprise, j’ai envie de vous lancer une interpellation paradoxale : « Si vous ne croyez pas à la vérité, insistez sur le cynisme et la manipulation ». Et revenez parler honnêtement vers moi des résultats sur le comportement de vos équipes.

Car il est évident que, dans toute entreprise, il y a probablement des problèmes d’équipe. De même qu’il y a des problèmes dans n’importe quel système humain (couple famille, association…). Sauf à être dans le déni. Car il n’y a ni entreprise ni couple idéal. Et s’il y a des problèmes, il me semble que la façon la plus simple de progresser est de les aborder et de les accepter et de les traiter.

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas publié)