• Jean-Jacques Montlahuc

    Fondateur de l'approche Team Builder

    C’est un sentier sinueux et profond se perdant dans les alpages, un chemin ombreux, s’ouvrant à la lumière au fur et à mesure qu’il s’élève vers les sommets. : ainsi pourrait-on tracer le parcours de Jean Jacques Montlahuc. Responsable informatique d’une société parisienne après une MIAGE (Maîtrise d’Informatique et de Gestion), le jeune informaticien effectue à 30 ans un virage à 180°. Passionné par les relations humaines, Il découvre la psychanalyse, la PNL, l’analyse transactionnelle, puis se forme aux côtés de Vincent Lenhardt. Cette rencontre fixera le point de départ d’une vocation qui dépasse le cadre conventionnel du coaching. Un autre élément fondateur sera la découverte, dès le collège, d’un mal pandémique : « la non-vérité » comme principe de gouvernance. Coach, formateur, conférencier, il met à profit ses années d’expérience en plaçant la vérité au cœur de l’intelligence collective. Papa de 4 petites filles, il milite activement pour une éducation fondée sur l’épanouissement. Avec son épouse, psychologue, ils ont choisi l’école Steiner pour que demain leurs enfants puissent choisir librement leurs destins. Skieur émérite, ce chartroussin amoureux de montagne, rêvait d’être entraineur de ski alpin, aujourd’hui il aide les équipes à remonter la pente…Non, il n’y a pas de hasard !
  • Bruno Larive

    Membre de l'équipe pédagogique

    Dernier né d’une famille de six enfants, Bruno Larive a connu très tôt l'ambivalence des relations familiales. Il en a retiré un attachement profond à des valeurs de solidarité et d’entraide.
    Aussi, Il se voyait bien « dans la peau » d’un médecin, mais l‘atavisme familial plus puissant le conduit vers la profession d’ingénieur. Il trouve très vite ses marques au sein de l'ingénierie dans un groupe industriel du domaine de l'énergie où il découvre le management après quelques années d'études techniques et de projets. La vie est faite de rencontres humaines. Pour Bruno Larive, ce sont elles qui feront naître son intérêt pour les sciences humaines : de l’introspection personnelle jusqu’à la pensée complexe. Boulimique de savoir il va acquérir un bagage qui le mettra définitivement sur la voie du coaching, plus en phase avec son vœu premier : prendre soin de l’autre, permettre aux équipes de mieux s’épanouir pour mieux agir. Aux passages en force, Bruno Larive préfèrera toujours la douceur, la patience… un art du management où l’intérêt de l’homme prime sur toute autre considération. « L’outil premier du coach c’est lui-même », alors autant être bien dans son corps. Conscient de cette nécessité, Bruno Larive est un sportif dans l'âme. Coureur de fond, mais aussi footballeur, il aime les défis. Et pour lui les défis les plus beaux sont ceux que l’on relève ensemble.
  • Aurélie Baulu

    Assistante

    Aurélie Baulu, vous connaissez ? C’est elle qui vous accueille et assure la logistique des activités du cabinet, oui cette jeune femme qui éclaire l’environnement par sa présence tonique et solaire. De Nice à la capitale des Gaules, son parcours a été jalonné de rencontres et de détours inattendus. Bac en poche, elle rejoint très vite Lyon et son mari pour « manager » différentes boutiques de mode et de bijoux… Mais bientôt Aurélie tourne en rond. Elle a besoin de mouvement, et d’aventure… Elle sera planificatrice de mariages, un métier tout neuf où cette adepte des arts plastiques pourra allier ses goûts esthétiques à son sens du dialogue et de l’organisation. 300 mariages plus tard, la jeune femme pressée éprouve le besoin d’associer l’action à la réflexion. Elle découvre le coaching avec Jean-Jacques Montlahuc et devient son office manager. Aujourd’hui maman de deux jeunes enfants, elle apprécie de pouvoir concilier vie professionnelle et familiale. Avec ses enfants et son mari, Aurélie confesse un autre amour : un magnifique cabriolet noir Mercedes 300 SL, millésimé 86. Chaque année, elle participe avec son bolide vintage à la course la plus « girly » de France : le Rallye des Princesses Richard-Mille. Désolé Messieurs, pour le copilotage, Aurélie préfère les femmes !
  • Émilie Hiairrassary

    Chargée de projets

    Est-ce parce qu’Emilie Hiairrassary possède un nom basque, difficile à prononcer qu’elle se voit comme une facilitatrice de bien-être ? D’abord étudiante en journalisme et en communication, elle choisit finalement cette seconde spécialité plus en lien avec ses valeurs et sa curiosité naturelle. Après une première expérience chez Bayer Cropscience, elle entre à l’ERAI, véritable ambassade économique de la région Rhône-Alpes. Promue Directrice de la communication, elle managera une équipe de 5 personnes tout en parcourant le monde. Une mission exaltante mais harassante dans laquelle elle est accompagnée par Jean Jacques Montlahuc. En quête de vérité sur elle-même et sur ceux qui l’entourent, elle adhère totalement à la démarche de son coach. Jeune maman, elle souhaite alors se diriger vers un métier plus sédentaire, d’avantage tourné vers les autres : elle deviendra à son tour consultante. Si Emilie Hiairrassary se dit volontiers « cash », sans masque social, c’est pour mieux parvenir à ses fins : permettre aux collaborateurs de mieux s’épanouir, de franchir des étapes. Quand elle n’exerce pas, cette jeune femme énergique dit pratiquer le sport de « mère de famille recomposée (4 enfants de 3 à 18 ans). Rendre les autres heureux à l’extérieur et chez soi, n’est-ce pas le plus beau métier du monde.
  • Fernand Breton

    Chargé de développement

    Quand on rencontre Fernand Breton, on est vite conquis par sa passion restée intacte après des décennies de management. Une simplicité et un enthousiasme contagieux liés à un beau parcours, mené tambour battant dans une seule entreprise.
    A 25 ans le jeune ingénieur chimiste pénètre pour la première fois chez Dow Corning Corporation, groupe chimique américain. Il en sortira 30 ans plus tard avec le titre de Directeur Général France. Ingénieur par hasard, il se découvre plus intéressé par le domaine commercial. Mauvais perdant, il adore la compétition. Les marchés du silicone et du caoutchouc deviennent ses terrains de jeu favoris. Développeur dans l’âme, Il enchaîne les postes à haute responsabilité : direction new business, marketing, commercial… Durant cette période, Fernand Breton acquiert une conviction : la clé du succès tient dans l’art de manager ses équipes. Au-delà des résultats, il apprécie la qualité des relations humaines qui, elles, ne s’évaluent pas dans un reporting. A 55 ans, il démissionne pour assurer le développement du cabinet Jean-Jacques Montlahuc dont il est le meilleur ambassadeur. Parallèlement, il transmet son expérience aux futurs entrepreneurs. Si sa parole porte aujourd’hui c’est autant pour son contenu que pour le plaisir qu’il met à nous la faire partager.
  • Philippe Pesteil

    Intervenant entreprise

    On peut aimer les chiffres et les êtres, Philippe Pesteil inflige un démenti à ceux qui opposent mathématiques, sciences dures et sciences humaines. Dans son village corrézien, quand on est matheux on se retrouve forcément à l’IUT de Génie civil d’Egletons mais tout le monde ne peut ensuite devenir ingénieur en Génie mécanique, même avec le concours d’EDF. Chez EDF Philippe Pesteil découvre sa vocation : plus que la physique quantique, il est attiré par les mécanismes humains qui permettent de relever des défis collectifs. Il se rêvait pilote de ligne, il se révélera très vite dans le pilotage de groupes projets. Animateur, acteur agile et impliqué, Phillipe Pesteil a toutes les qualités pour devenir responsable syndical puis administrateur du groupe industriel EDF (parrainé par la CFDT), un rôle clé qu’il abandonnera pour une carrière de conseiller en parcours professionnels. Transmettre, se rendre utile mais surtout rester vrai… Ce sont ces envies qui le pousseront à devenir coach certifié et rejoindre Jean Jacques Montlahuc. Jusqu’au boutiste, Philippe Pesteil ne fait jamais les choses à moitié. il aime amener chacun jusqu’à la réalisation pleine de ses potentiels. Son graal : voir s’épanouir ceux qu'il accompagne quels que soient leurs projets.
  • Marc Sohier

    Intervenant entreprise

    Coach atypique, Marc Sohier n’est pas issu du monde de l’entreprise mais du monde de l’éducation. Loin de l’image caricaturale du fonctionnaire installé confortablement dans ses habitudes voire ses certitudes, Marc Sohier est un réformateur dans l’âme. Jeune professeur d’histoire, Il débute dans l’Enseignement Privé. Un choix correspondant à ses aspirations spirituelles mais surtout à la façon « d’aborder chaque jeune dans sa globalité ». « Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre…» Cette formule peut s’appliquer à Marc Sohier très vite conscient de la nécessité de faire bouger les lignes au sein de son organisation. Après l’enseignement, il dirige des établissements catholiques de plus en plus importants et rencontre des populations et des problématiques de toutes natures. Véritable chef d’entreprise, il manage jusqu’à 100 collaborateurs : enseignants, personnels d'éducation et administratifs. Formé au coaching, il devient à son tour coach et dirige l’Institut de Formation Vincent de Paul (organisme de formation d'un réseau de plus de 200 établissements à vocation scolaire, sanitaire et sociale). Marc Sohier est un éveilleur de conscience : derrière le masque des apparences, il recherche non pas la vérité immanente mais ces vérités essentielles pour faire avancer une équipe. Tant pis ou tant mieux si elles bousculent les idées reçues vous dirait ce rebelle malgré lui.
  • Nelly Dagniaux-Tine

    Intervenant entreprise

    On devient rarement coach par hasard. Chez Nelly Dagniaux-Tine, sa vocation était inscrite dans le berceau familial. Un père qui consacrera sa vie à sauver des vies en montagne, une maman très active dans le bénévolat… Qu’ils opèrent dans le ciel ou sur terre chacun, sans prosélytisme, montrera la voie à la petite fille d’alors : l’intérêt, le goût pour l’autre. Désireuse de prolonger concrètement cet héritage, elle choisit l’ESC Compiègne, non pas pour la proximité mais pour sa spécialité dans les Ressources Humaines. Après quelques années passées dans des services RH d’entreprises privées, elle part au Mali pour quelques mois au sein d’une ONG… Là, elle découvre avec l’Afrique, le plaisir de développer, de construire… Bref de se sentir 100% utile. Véritable révélation, cette mission sera le point de départ d’une carrière menée tambour battant dans différentes associations internationales (4 ans d'expatriation) dont Handicap International où elle sera RRH monde. Son métier : manager, recruter, gérer des compétences, développer l’autonomie des managers mais surtout permettre à chacun de s’épanouir dans son entreprise.
    Des Ressources Humaines à la fonction de coach, il n’y avait qu’un pas qu’elle franchit dès 2006, l’occasion de rencontrer Jean Jacques Montlahuc dont elle partage la vision et l’engagement. « Faire éclore des choses qui ne sont pas vues pour construire durablement » c’est le graal de cette coach dont le regard vif et droit vous invite à vous révéler.